Sur les sommets


Voilà plusieurs semaines que je vous ai embarqué à 4000m d'altitude, mais j'ai envie de vous faire prendre encore un peu plus de hauteur. En effet, l'ouest du Sichuan est aussi là où l'on trouve les premiers hauts sommets de l'Himalayas, avec des altitudes assez vertigineuses. Nous n'étions pas vraiment là-bas pour faire de l'escalade ou de la marche en haute montage, pas vraiment équipé, ni même entrainé, mais il n'y en a pas eu besoin. En effet, dans cette partie du monde, les routes circulant à plus de 4000m sont assez nombreuses et nous ont permis d'accéder à certains lieux fantastiques. Notre plus haut col fut à 4500m, couvert de neige évidemment, mais avec une belle route bien dessinée, comme si de rien n'était. Mais qui dit col dit aussi drapeaux de prière, car nous sommes avant tout dans une région de culture tibétaine. À chaque sommet, col ou autre point de passage, s'amoncelle alors des centaines de ces drapeaux multicolores, flottant au vent, laissant les prières inscrites dessus s'envoler par delà les montagnes, au travers des vallées.



C'est assez impressionnant de voir ces bouts de culture flotter en si grand nombre dans des coins parfois improbables, quasiment inaccessible, sur des sommets vertigineux, sur des parois souvent abruptes, là où l'oxygène se fait rare et où chaque mouvement demande beaucoup plus d'effort que d'habitude. Ce sont donc de longues trainées de couleurs qui tapissent les paysages, parfois accompagnées de moulins de prière à vent, tournoyant à l'infini devant ces paysages somptueux. C'est sur ces hauteurs que je vous emmène aujourd'hui, prendre un grand bol d'air frais, sous le vent – parfois très violent – qui fait virevolter les drapeaux et tournoyer les moulins, des endroits qu'il est difficile de rendre compte par l'image, tant l'immensité mérite de se vivre, en grand, en vrai.