Shangri La, un horizon perdu


C'était il y a quelques années, lors de mon premier périple en Chine, que j'ai eu la chance de découvrir Shangri La et son temple Songzanlin, dans la province du Yunnan. La ville a été rebaptisée en 2006 par le gouvernement chinois, en référence au Shangri La de James Hilton, dans le roman Les horizons perdus. Je dois bien avouer que je n'avais pas lu le roman à l'époque (c'est chose désormais faite), et que donc je me dirigeais avec ma chère sœur dans un lieu dont je n'avais vu que des photos et ignorais toute la légende le concernant. Mais après être totalement tombé sous le charme, j'ai décidé d'y retourner quelques semaines plus tard, pour un peu plus de temps cette fois ci, avec Kévin, mon collègue lors de ma première aventure chinoise.


Cette cité a donc été renommée en référence au célèbre roman, incarnant alors cette image de havre de paix, de petite utopie sur terre, perchée dans les montagnes de l'Himalaya, dans une vallée à plus de 3000 mètres d'altitude, et où le monde semble bien éloigné. Bon bien sûre, après mes récentes escapades, je me suis rendu compte que le monde était vraiment très proche de Shangri La, bien plus que d'autres lieux encore plus fous. Ici il y a un aéroport (sublime, dans un style tibétain inimitable, mais avec très peu d'avions... cependant l'approche entre les montagnes est somptueuse), ainsi qu'une véritable ville moderne qui s'est construite. C'est pas très grand mais ça ressemble quand même à une petite ville bien développée. La lamaserie et son temple ont quand même quelque chose que l'ont a du mal à oublier. Ils furent pratiquement détruits lors de la révolution culturelle, mais d'importants travaux les ont désormais rendu encore plus flamboyant qu’auparavant. Le lieu est superbe, avec un petit lac en contre-bas, les montagnes environnantes, et reste relativement envoûtant malgré les touristes assez nombreux, une sorte de mini palais du Potala (le fameux palais royale de Lhassa), magnifique, avec ses bouddhas de plusieurs mètres de hauts, que l'on peut voir sur trois ou quatre étages du temple, ainsi que sa population de 600 lamas. C'est un lieu plein de vie, où bien entendu la religion rythme les journées, où l'encens embaume l'atmosphère, où les tambours font vibrer le palais, et où les dungchen (trompettes tibétaines) résonnent dans toute la vallée. Bref c'est une destination que j'ai vivement recommandé à toutes personnes voulant découvrir la culture tibétaine, mais un lieu qui semble-t-il a beaucoup changé depuis quatre ans que j'y suis allé, et dont l'horizon semble s'être perdu. Il y a eu l'incendie, qui a détruit la vieille ville, et du coup de grands travaux de réaménagements ont eu lieu, transformant ce lieu assez paisible, en future grande attraction touristique chinoise, faites de boutiques de souvenirs, de Starbucks et de plus grand chose d'authentique. J'aimerais quand même bien y retourner prochainement, afin de prendre conscience par moi même de l'étendu de ce changement, de ce lieu qui m'a fait rêver il y a quelques années.